E. Haïm & le Concert d’Astrée

artistes associés

emmanuelle Haïm

Pianiste et organiste de formation, Emmanuelle Haïm étudie le clavecin auprès de Kenneth Gilbert et obtient de nombreux Premiers Prix au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Sa passion pour l’expression vocale l’amène à se consacrer à la direction du chant, d’abord au Centre de Musique Baroque de Versailles puis au CNSM, elle est par ailleurs sollicitée par les plus grandes voix qu’elle accompagne volontiers en récital. Très vite, Emmanuelle Haïm développe une activité régulière de continuiste. On la retrouve bientôt sur les scènes internationales en tant que chef invité.

En 2001, elle connaît un succès retentissant au Glyndebourne Touring Opera, avec Rodelinda puis avec Theodora de Hændel et devient une fidèle artiste du Glyndebourne Festival Opera. L’été 2008 elle y présente L’Incoronazione di Poppea de Monteverdi. Par ailleurs elle dirige régulièrement l’Orchestre symphonique de Birmingham (CBSO), le Scottish Chamber Orchestra, le Deutsche Sinfonie Orchestra ainsi que l’orchestre de Franckfurt le Hessischer Rundfunk Orchestra. En mars 2008 elle dirige pour la première fois l’Orchestre Philharmonique de Berlin. En 2000, Emmanuelle Haïm réunit autour d’elle des chanteurs et instrumentistes accomplis partageant non seulement une expérience significative mais aussi un tempérament et une vision stylistique à la fois expressive et naturelle : elle crée ainsi son propre ensemble de musique baroque — Le Concert d’Astrée — qu’elle mène en trois ans sur les chemins du succès, de Paris à New York et dans de nombreux festivals en France et à l’étranger.

Dès 2001, Le Concert d’Astrée et Emmanuelle Haïm reçoivent le soutien de la Fondation France Télécom et signent un contrat d’exclusivité avec le label Virgin Classics. En 2003, l’orchestre reçoit la Victoire de la Musique récompensant le meilleur ensemble de l’année. Le Concert d’Astrée installe sa résidence à l’Opéra de Lille à partir de 2004, pour des représentations scéniques de Tamerlano de Hændel puis de L’Orfeo de Monteverdi (automne 2005). L’ensemble y donne plusieurs concerts (Il Trionfo del Tempo e del Disinganno de Hændel, Stabat Mater de Pergolèse, Messe en ut mineur de Mozart…) et se produit également à l’Opéra National du Rhin, au Théâtre de Caen, à l’Opéra de Bordeaux, aussi bien qu’au Théâtre du Châtelet et au Théâtre des Champs-Élysées — à l’étranger — au Concertgebouw d’Amsterdam, au Barbican Center de Londres, au Lincoln Center de New York, au Konzerthaus de Vienne, au festival de Postdam… Juin 2005 marque la naissance du chœur du Concert d’Astrée, à l’occasion d’une production scénique des Boréades de Rameau. La production de L’Orfeo de Monteverdi a d’ailleurs été l’occasion d’entendre les membres de l’ensemble vocal dans des concerts solistes de madrigaux. Après une tournée de Theodora de Hændel à l’automne 2006, viennent les productions scéniques de La Passion selon Saint Jean de J.-S. Bach au Théâtre du Châtelet (mise en scène de Robert Wilson) en mars et avril 2007 et de Giulio Cesare de Hændel à Lille, en mai 2007 (mise en scène de David Mc Vicar). En décembre 2007, à l’occasion de la parution du disque Dixit dominus de Hændel et du Magnificat de Bach, l’orchestre et le chœur du Concert d’Astrée donnent une série de concerts à Caen, Paris, Londres, Rome et Madrid. En février et mars 2008, vient la production scénique de Thésée de J.-B. Lully, (mise en scène de Jean-Louis Martinoty) au Théâtre des Champs-Elysées puis à l’Opéra de Lille. À l’automne 2008 suivent Les Noces de Figaro de Mozart dans une mise en scène de Jean-François Sivadier à l’Opéra de Lille, puis avec les solistes du Concert d’Astrée (After) the Fairy Queen de Purcell, (mise en scène de Wouter van Looy) et en mars 2009 Hyppolite et Aricie de J.-P. Rameau au Capitole de Toulouse dans une mise en scène d’Ivan Alexandre. En novembre 2008 à l’occasion d’une importante tournée en Allemagne et au Benelux, le Concert d’Astrée s’est produit pour la première fois dans la salle de la Philharmonie de Berlin. Pour Virgin Classics, Le Concert d’Astrée enregistre les Duos arcadiens, Aci, Galatea e Polifemo, Il Delirio amoroso et Il Trionfo del Tempo e del Disinganno de Hændel, Dido and Aeneas de Purcell, L’Orfeo, Il Combattimento di Tancredi e Clorinda de Monteverdi, Carestini / The Story of a Castrato avec Philippe Jaroussky et Dixit Dominus de Hændel et le Magnificat de Bach ainsi que la Messe en ut mineur de Mozart, sous la direction de Louis Langrée. Salués par la critique et abondamment récompensés, ces enregistrements sont l’occasion de rencontres intenses avec les plus grands chanteurs actuels.

Fidèle représentante du baroque et du savoir-faire musical français, Emmanuelle Haïm est Chevalier des Arts et des Lettres. Elle s’est vue remettre les insignes de Chevalier de la Légion d’honneur en juillet 2009.

Le concert d’astrée

Ensemble dédié à la musique baroque et fondé en 2000 par Emmanuelle Haïm, Le Concert d’Astrée connaît un rapide succès. Il reçoit en 2003 la Victoire de la Musique Classique du meilleur ensemble de l’année. En résidence à l’Opéra de Lille depuis 2004, l’orchestre y donne chaque saison de nombreuses représentations et s’agrandit d’un chœur en 2005.

Il se produit dans toute la France (Opéra National du Rhin, Opéra de Bordeaux, Théâtre du Châtelet, Théâtre des Champs-Élysées) et à l’étranger (Concertgebouw d’Amsterdam, Barbican Centre de Londres, Lincoln Center de New York, Konzerthaus de Vienne, Festival de Salzbourg, Philharmonie de Berlin).

Il s’illustre dans de nombreuses productions lyriques: La Passion selon Saint Jean de Bach (mise en scène Robert Wilson), Giulio Cesare et Orlando de Händel (mises en scène David McVicar), Thésée de Lully (mise en scène Jean-Louis Martinoty), Les Noces de Figaro (mise en scène Jean-François Sivadier), (After) The Fairy Queen de Purcell (mise en scène Wouter van Looy), Hippolyte et Aricie de Rameau (mise en scène Ivan Alexandre), Dardanus de Rameau (mise en scène Claude Buchvald). La saison 2010-2011 marque ses débuts à l’Opéra de Paris avec Giulio Cesare (mise en scène Laurent Pelly).

Le Concert d’Astrée s’assure une importante diffusion internationale avec notamment les tournées de : Theodora de Händel en 2006, Dixit Dominus de Händel et Magnificat de Bach en 2007, La Resurrezione et Messiah de Händel en 2009 et cette saison des Grands Motets de Rameau et Mondonville.

Pour Virgin Classics, il enregistre Les Duos arcadiens, Aci, Galatea e Polifemo, Il Delirio amoroso, Il Trionfo del Tempo e del Disinganno et La Resurrezione de Händel, Dido and Aeneas de Purcell, Orfeo, Il Combattimento di Tancredi e Clorinda de Monteverdi, Carestini / The Story of a Castrato, Dixit Dominus de Händel et Magnificat de Bach, Messe en ut mineur de Mozart (direction Louis Langrée), Bach Cantatas, Lamenti (meilleur enregistrement, Victoires de la Musique Classique 2009). La dernière parution du Concert d’Astrée est un enregistrement d’airs extraits de Giulio Cesare, avec Natalie Dessay (Cleopatra - sortie janvier 2011).

Mécénat Musical Société Générale est le mécène principal du Concert d’Astrée.

En résidence à l’Opéra de Lille, Le Concert d’Astrée bénéficie de l’aide au conventionnement du Ministère de la culture et de la communication - DRAC Nord-Pas de Calais.