Brahms, Un requiem allemand

Herreweghe

Musique

ORCHESTRE DES CHAMPS-ÉLYSÉES

COLLEGIUM VOCALE GENT

DIRECTION MUSICALE Philippe Herreweghe

BARYTON Kresimir Strazanac

SOPRANO Ilse Eerens


  • PROGRAMME 

    JOHANNES BRAHMS (1833-1897)

    Vier ernste gesänge (Quatre chants sérieux) (1896)
    I. Denn es gehet dem Menschen wie dem Vieh
    II. Ich wandte mich, und sahe an
    III. O Tod, wie bitter bist du
    IV. Wenn ich mit Menschen- und mit Engelszungen


    Ein deutsches Requiem, nach Worten der heiligen Schrift für Soli, Chor und Orchester op. 45 (1868)
    I. Selig sind, die da Leid tragen
    II. Denn alles Fleisch, es ist wie Gras
    III. Herr, lehre doch mich, dass ein Ende mit mir haben muß
    IV. Wie leiblich sind deine Wohnungen, Herr Zebaoth
    V. Ihr habt nun Traurigkeit
    VI. Denn wir haben hie keine bleibende Statt
    VII. Selig sind die Toten


Écrire un requiem en allemand, Brahms y songe depuis presque quinze ans lorsqu’il met en 1868 la touche finale à cette partition dont la genèse est extrêmement complexe.

C’est à l’occasion d’un évènement douloureux, la mort de sa mère en avril 1865, que cette partition hante à nouveau Brahms : si le compositeur n’en touche mot, Clara Schumann dira plus tard « Nous sommes tous d’avis qu’il l’écrivit en souvenir d’elle, bien qu’il ne nous l’ait jamais dit expressément. »

Loin de la vision apocalyptique et terrifiante que la tradition catholique romaine offre de la Prière des morts, le Deutsches Requiem en propose une image faite de recueillement et de concentration intérieure, où la foi en la justice divine et la confiance en la résurrection apportent apaisement et consolation.


 LA SPEDIDAM est une société de perception et de distribution qui gère les droits
des artistes interprètes en matière d’enregistrement, de diffusion et de réutilisation des prestations enregistrées
.


Vous aimerez également…

La Création Haydn Die Schöpfung le 6 novembre 2016

Requiem de Fauré le 2 juin 2017