Curlew River

Britten

Opéra

Curlew River (La Rivière aux courlis), parabole d’église op. 71

CRÉÉ à l’Orford Church, le 12 juin 1964

LIVRET William Plomer, d’apres la piece médiévale de théâtre Nô japonais Sumidagawa de Juro Motomasa
MUSIQUE Benjamin Britten

EN ANGLAIS SURTITRÉ

CHŒUR DE L’OPÉRA DE DIJON (hommes)
CHEF DE CHOEUR Anass Ismat
MAÎTRISE DE DIJON

DIRECTION MUSICALE Nicolas Chesneau
MISE EN SCÈNE Guillaume Vincent
CHEF DE LA MAÎTRISE Étienne Meyer
CHEF DE CHANT & ORGUE Marine Thoreau La Salle

SCENOGRAPHIE Pierre-Guilhem, assisté d’Elodie Dauguet

COSTUMES Fanny Brouste
LUMIÈRES Kelig Le Bars

ASSISTANAT A LA MISE EN SCENE ET REGIE DE SCENE David Herrezuelo

AVEC LE SOUTIEN du Cercle d’entreprises de l’Opéra de Dijon

  • DISTRIBUTION 

    LA FOLLE James Oxley
    LE PASSEUR  Benjamin Bevan
    LE VOYAGEUR Johnny Herford
    L’ABBÉ Vincent Pavesi

    L’HOMME  Léo Misset

    L’ENFANT Josué ALBERT & Mathéo GILLET (en alternance)

    VAUTOURS  Les Ailes de l’Urga


    MUSICIENS

    Marine Thoreau La Salle orgue

    Guillaume Têtu cor 

    Chloé Ducray harpe 

    Gille Deliège alto

    Anne Romeis flûte

    Emilie Legrand contrebasse 

    Pierre Olympieff percussions

  • PRODUCTION 

    PRODUCTION Opéra de Dijon

Première des trois Paraboles d’église que Britten écrivit pour l’église d’Orford dans le Suffolk entre 1964 et 1968, Curlew River (La Rivière aux courlis) s’est seule imposée progressivement sur les scènes internationales. Le sujet, allégorique et mystérieux, lui en fut inspiré par une représentation d’une pièce de théâtre Nô du XVe siècle, à laquelle il assista lors de son voyage au Japon en 1956. L’adaptation fut confiée au poète sud-africain William Plomer, qui en transposa l’action dans le Suffolk, et lui donna la forme d’un mystère médiéval. Un Abbé annonce aux fidèles le récit d’un mystère, que les moines vont interpréter devant eux : un groupe de pèlerins arrivent au bord de la Rivière aux courlis, qui sépare les Royaumes de l’Est et de l’Ouest et alors qu’ils s’apprêtent à traverser, entendent un chant plaintif. C’est celui de la Folle, qui vient des Montagnes Noires à la recherche de son fils enlevé et s’embarque avec eux. Pendant la traversée, le Passeur explique qu’un an auparavant, un païen du Nord avait franchi la rivière avec un enfant agonisant qu’il disait son esclave. Abandonné sur l’autre rive, l’enfant mourut en prononçant les mots « Kyrie Eleison » et depuis, de nombreux miracles ont eu lieu sur sa tombe. La Folle comprend qu’il s’agit de son fils et fond en larmes, tandis que tous prient sur la tombe de l’enfant, dont le spectre apparaît en chantant. Avant de rejoindre le Royaume des Morts, il libère sa mère de la folie. Mini opéra de chambre, Curlew River est sans doute une des partitions les plus fascinantes de Britten. Avec un effectif des plus inhabituels ou dominent les vents, les percussions, l’orgue et la harpe, le compositeur déploie des trésors de colorations et de suggestions pour évoquer la folie ou les opalisations sombres de la rivière ondulante, dans une atmosphère irréelle particulièrement envoutante. Le rôle de la Folle, écrit pour le ténor Peter Pears, avec ses mélismes et son expressivité hallucinée, mérite à lui seul la découverte de cette œuvre ensorcelante qui ne ressemble a aucune autre.

RENCONTRES
Foyer du Grand Théatre
avec Guillaume Vincent
mar 26 19h

avec Nicolas Chesneau
jeu 28 21h 30

SOIRÉE ÉTUDIANTE
AVRIL
jeu 28 20h



Ajouter au calendrier
Grand Théâtre
  • avril 2016
    • mardi 26 à 20h00
    • jeudi 28 à 20h00
    • vendredi 29 à 20h00
Tarif B
de 5,50€ à 44€
Durée
1h15 sans entracte