Du Rhin au Danube

Bartók | Schumann | Chostakovitch

Musique

ORCHESTRE DIJON BOURGOGNE

DIRECTION MUSICALE Gergely Madaras
PIANO Denis Kozhukhin

Ensemble associé



  • PROGRAMME 


    BÉLA BARTÓK  (1881-1945)
    Suite de danses pour orchestre  (1923)

    i Moderato
    ii Allegro molto
    iii Allegro vivace
    iv Molto tranquillo
    v Comodo
    vi Finale

    DIMITRI CHOSTAKOVITCH (1906-1975)
    Concerto pour piano n°2 en fa majeur op. 102 (1957)

    i Allegro
    ii Andante
    iii Allegro

    Entracte

    ROBERT SCHUMANN (1810-1856) 
    Symphonie n°3 « Rhénane » en mi bémol majeur op. 97  (1850)

    i Vivace
    ii Scherzo 
    iii Andante
    iv Maestoso
    v Finale

  • DISTRIBUTION 

    Jean-François Corvaisier violon solo

    Isabelle Chabrier, Sophie Desbruères, Christelle Marion, Camille Labroue, Emmanuelle Kirklar, Irma Barbutsa, Christian Parmentier, Apolline Kirklar, Ariadna Teyssier, Thierry Juffard, Marie     Salvat, Sophie Kalch, Fabien Valenchon, Manon Grandjean,  Antoine Pham, Christophe Dacharry, Pierre Hamel violons

    Sophie Mangold, Sandra Delavault, Aline Corbière, Mathilde Geismar , Jean-Claude Petot, Emmanuel Kirklar altos

    Laurent Lagarde, Sylvie Brochard, Sébastien Paul, Serge Vacon, Annabelle Gouache violoncelles

    Pierre Boufil, Pierre Sylvan, Christian Bigarne, Paul Frizot contrebasses

    Martine Charlot, Claire Louwagie, Pierre-Jean Yème flûtes

    Dominique Dournaud, Bernard Quilot hautbois

    Eric Porche, Gilles Rougemon clarinettes

    Florence Hamel, Christian Bouhey bassons

    Bernard Morard, Didier Cassecuelle, Renaud Taupinard, Armelle Tanguy cors

    Philippe Boisseranc, Bertrand Gillet trompettes

    Bernard Metz, Dominique Laversin, Maxime Delattre trombones

    Didier Portrat tuba

    Sylvain Pluyaut célesta, piano

    Patrice Bréfort piano

    Esther Davoust harpe

    Didier Ferrière timbales

    Philippe Massacrier, Sophie Thévenard, Violette Amiot percussions

Le Rhin, avec son or gisant au fond des eaux, sa Lorelei qui, par sa beauté, perd les marins, ses châteaux en ruines où dorment les chevaliers légendaires : c’est cette source inépuisable d’inspiration pour tous les romantiques allemands, de Brentano a Hölderlin et Heine que Schumann a voulu célébrer à son tour dans sa Troisième Symphonie — mais chronologiquement la dernière — alors qu’il vient de prendre la direction de l’orchestre de Düsseldorf, ville que baigne le fleuve. Originellement intitulée Épisodes d’une vie sur les bords du Rhin, cette partition à l’intense pouvoir évocateur et poétique, pleine d’inspiration populaire et rêveuse, est un véritable hommage à la vieille Allemagne, celle de Bach — le contrepoint serré du quatrième mouvement ! —, celle de la poésie populaire que les écrivains recueillent à l’époque, celle d’un Moyen-Âge idéalisé — le Maestoso sera inspiré à Schumann par la visite de la Cathédrale de Cologne. Elle est aussi l’œuvre symphonique sans doute la plus aboutie et enthousiasmante de Schumann. C’est pour le dix-neuvième anniversaire de son fils Maxim, qui devait le créer pour ses examens du Conservatoire de Moscou, que Chostakovitch composa son deuxième Concerto pour piano. Le moins que l’on puisse dire est qu’il ne lui facilita pas la tâche ! Avec ses longs traits spectaculaires et périlleux et son caractère énergique et joyeux, il ne permet au soliste aucune baisse de régime ni aucun repos. Rien cependant qui puisse effrayer le jeune pianiste russe Denis Kozhukhin, familier des plus grandes salles.

Ajouter au calendrier
Auditorium
  • avril 2016
    • mardi 05 à 20h00
Tarif B
de 5,50€ à 44€
Durée
1h30 avec entracte