La Finta Giardiniera

Opéra

La finta giardiniera K. 196 (La Fausse Jardinière), opéra.

 

LIVRET Giuseppe Petrosellini
MUSIQUE Wolfgang Amadeus Mozart

 

LE CONCERT D’ASTRÉE
DIRECTION MUSICALE Emmanuelle Haïm
MISE EN SCÈNE David Lescot
SCÉNOGRAPHIE Alwyne de Dardel
COSTUMES Sylvette Dequest
CRÉATION LUMIÈRES Joël Hourbeigt

  • Distribution 

     

    DON ANCHISE, LE PODESTAT Carlo Allemano
    LA MARCHESA VIOLANTE ONESTI | SANDRINA Erin Morley
    IL CONTINO BELFIORE Enea Scala
    ARMINDA Marie-Adeline Henry
    IL CAVALIERE RAMIRO Marie-Claude Chappuis
    SERPETTA Maria-Virginia Savastano
    ROBERTO (NARDO) Nikolay Borchev

 

Laissée pour morte sous les coups de son fiancé jaloux le comte Belfiore, dont elle est encore amoureuse, Violante se fait passer pour Sandrina, la jardinière. Elle espère ainsi reconquérir son amant, qui, la croyant morte, cherche réconfort auprès d’Arminda. Autour d’eux se presse tout un chassé-croisé amoureux où chacun désire celui (celle) qui en désire une (un) autre ! Les retrouvailles entre les deux amoureux les mèneront aux portes de la folie, mais cette épreuve leur permettra de revenir aux sentiments vrais et à la réconciliation.

C’est un Mozart de dix-neuf ans qui compose là sa huitième œuvre lyrique ! Si le livret y fait la part belle aux ressorts — et aux invraisemblances ! — les plus courants de l’opéra bouffe, il offre pourtant au jeune compositeur une sorte de galop d’essai pour Les Noces. Déjà, les ingrédients qui feront la subtilité de la folle journée y font modestement leur apparition : tromperie, volatilité et ambiguïté des sentiments, nuit propice à l’épreuve des cœurs, pardon et réconciliation. Musicalement, le jeune prodige, qui vient d’atteindre un palier essentiel de son art musical avec les Symphonies 25, 28 et 29, y prend pleinement possession de son génie dramatique : richesses et complexité des ensembles, qui font avancer l’action et dessinent les caractères, maestria dans le contraste entre comique et drame, et dépassement de l’un et l’autre dans une équivoque qui soudain dit la vérité ambivalente des sentiments humains.

On a peu l’occasion d’entendre Emmanuelle Haïm et le Concert d’Astrée dans le répertoire classique où pourtant, dans Les Noces à Lille en 2008, dans la Messe en Ut ou encore dans La Création de Haydn la saison dernière à Dijon, ils ont montré la pertinence et la maîtrise de leur approche. Avec David Lescot, metteur en scène mais aussi auteur dramatique et musicien passionné par le rapport texte/musique, ils vous invitent à découvrir ce Mozart adolescent, déjà unique et encore plein du feu et de la fraîcheur désinvolte qui n’appartiennent qu’à la jeunesse.

Ajouter au calendrier
Auditorium
  • avril 2014
    • mercredi 09 à 20h00
    • vendredi 11 à 20h00
Tarif A
de 5,50€ à 57€
Durée
3h20