Le Printemps

Schumann | Elgar | Maestracci

Musique

ORCHESTRE DIJON BOURGOGNE
DIRECTION MUSICALE Gergely Madaras
VIOLONCELLE Victor Julien-Laferrière
TÉNOR Anthony Lo Papa

Ensemble associé



  • PROGRAMME 

    AURÉLIEN MAESTRACCI Passacaglia, fragments archaïques, création en hommage à Rameau pour ténor et orchestre
    ELGAR Concerto pour violoncelle en mi mineur op. 85
    SCHUMANN Symphonie n°1 « Le Printemps » en si bémol majeur op. 38

  • DISTRIBUTION 

    Musiciens

    Anne Mercier (violon solo), Isabelle Chabrier, Sophie Desbruères, Pierre Hamel, Emmanuelle Kirklar, Sophie Kalch, Christelle Marion, Irma Barbutsa, Apolline Kirklar, Steve Duong, Thierry Juffard, Fabien Valenchon, Christophe Dacharry, Manon Grandjean, Christine Grandjean, Ariadna Teyssier, Mohammed El Hachoumi, Vahé Kirakosian  violons

    Sophie Mangold, Jessica Fay, Aline Corbière, Jean-Claude Petot, Emmanuel Kirklar, Valérie Pélissier altos

    Laurent Lagarde, Sylvie Brochard, Serge Vacon, Sébastien Paul, Annabelle Gouache violoncelles

    Pierre Sylvan, Pierre Boufil, Christian Bigarne, Michel Chanu contrebasses

    Martine Charlot, Claire Louwagie flûtes

    Dominique Dournaud, Bernard Quilot hautbois

    Éric Porche, Gilles Rougemon clarinettes

    Florence Hamel, Christian Bouhey bassons

    Bernard Morard, Didier Cassecuelle, Sylvain Guillon, Christophe Loup cors

    Philippe Boisseranc, Bertrand Gillet trompettes

    Bernard Metz, Dominique Laversin, Mathieu Naegelen trombones

    Didier Portrat tuba

    Dorothée Cornec harpe

    Jean Magnien timbales

    Philippe Massacrier percussions

Schumann est à l’honneur des concerts de l’Orchestre Dijon Bourgogne cette saison à l’Opéra de Dijon, avec deux de ses symphonies les plus célèbres. C’est avec une ambition précise que Schumann se lance dans sa Première Symphonie, celle de faire entrer dans cette forme classique par excellence la poétique des romantiques, avec leur univers lyrique et fantastique. L’exergue qu’il met en tète du premier mouvement — et qui a donné son titre à la symphonie — donne le ton et le sens de l’œuvre tout entière : « Im Tale blüth der Frühling auf » (« Dans la vallée fleurit le printemps »), un vers du poète Adolph Böttger. Et il y a bien en effet dans cette partition fougueuse quelque chose de l’énergie créatrice d’un vent nouveau et printanier qui souffle sur la musique. Mais elle revêt aussi pour Schumann une signification particulière : célébrer le Liebesfrühling (Printemps de l’amour) qu’il vit alors avec Clara, qu’il vient enfin d’épouser après de nombreux obstacles. Cette symphonie de l’amour et du printemps sera accompagnée par une pierre angulaire du répertoire de violoncelle, interprétée par Victor Julien-Laferrière, membre régulier des Dissonances. Élégiaque et contemplatif, le Concerto d’Elgar est sa dernière partition d’envergure, composée après des années de silence. Son apparente simplicité est le recueil de l’ultime sagesse du compositeur anglais. Cette soirée sera enfin l’occasion de proposer l’Hommage à Rameau commandé par l’ODB à Aurélien Maestracci, dont la création l’année dernière avait du être reportée.

Ajouter au calendrier
Auditorium
  • mars 2016
    • vendredi 04 à 20h00
Tarif B
de 5,50€ à 44€
Durée
1h30 avec entracte