musique
Grand théâtre
Décembre
jeu1520h00

Artiste en résidence

Tarif C de 5,50€ à 33€

Durée 1h50 environ avec entracte

Aller plus loin

  • pour aller
    plus loin
    Avant-concert
    Foyer Bar
    du Grand Théâtre
    DÉCEMBRE
    jeu 15 19h
    « Quelques clés »
    Brice Pauset
    sur la musique
    baroque italienne

    Après-concert
    Foyer Bar
    du Grand Théâtre
    DÉCEMBRE
    jeu 15 22h
    « On en parle »
    Rencontre avec Brice
    Pauset, Anna Simboli, et
    Laura-Mónica Pustilnik

Cantates
Barbara Strozzi

Programme

  • FRESCOBALDI Pièces pour clavecin

    STROZZI Cantates, airs et ariettes pour soprano et basse continuo extraits de Diporti di Euterpe, overo, cantate e ariette a voce sola op.7 et d’Arie a voce sola op.8

Il y a peu de femmes compositeurs dans l’histoire de la musique, et l’on ne s’attendrait pas en trouver une à Venise en plein XVIIe siècle. Barbara Strozzi est certes une exception dans son temps! Fille adoptive d’un poète dont les textes seront utilisés par Monteverdi et Cavalli notamment, c’est ce dernier qui entreprend de lui apprendre l’art des sons. Cantatrice, elle composa exclusivement pour la voix, et compta parmi ses admirateurs le Doge de Venise lui-même et Ferdinand III, empereur du Saint Empire. Sa musique fait preuve d’une grande invention mélodique et d’une expressivité dans le droit fil de la seconda pratica de Monteverdi, dont elle put recueillir l’héritage des mains de Cavalli qui avait été son élève: grande liberté dans l’usage des dissonances, attention particulière aux articulations du texte et aux affects qu’il suscite. Frescobaldi, organiste de Saint Pierre à Rome, fut lui, un des compositeurs italiens les plus influents dans le reste de l’Europe. C’est par lui, à travers la quantité surprenante pour l’époque de ses œuvres imprimées et diffusées, que le goût italien pénètre les frontières allemandes: Bach, plus tard, en recopia de nombreuses qui auront une influence décisive sur son style. Familière du répertoire baroque et de Monteverdi — elle chante souvent sous la direction de Rinaldo Alessandrini — c’est à Anna Simboli qu’il revient de défendre les œuvres de Strozzi, accompagnées du luth de Laura-Mónica Pustilnik, membre du Concert d’Astrée, et d’un compositeur et claviériste habitué à suivre les méandres harmoniques du cœur humain.

  • Gabarits pour luth, Crémone, 1er février 2011, 12h35-Opéra Dijon©Gilles Abegg

Distribution

  • VOIX Anna Simboli

    LUTH Laura-Mónica Pustilnik

    CLAVECIN Brice Pauset