musique
Auditorium
Novembre
mer920h00

Tarif A+ de 5,50€ à 75€ (hors abonnement)

Durée 1h50 environ avec entracte

Aller plus loin

  • pour aller
    plus loin
    Avant-concert
    Foyer Bar
    de l’Auditorium
    NOVEMBRE
    mer 9 19h
    Le Concerto pour orchestre de Bartok
    Conférence de Claire Delamarche, musicologue

Philharmonia Orchestra
Esa-Pekka Salonen

DIRECTION MUSICALE Esa-Pekka Salonen

JUDITH, SOPRANO Michelle DeYoung

BARBE-BLEUE, BASSE John Tomlinson

Récitante Agnès Sourdillon

Chanté en hongrois, surtitré en français

Programme

  • BARTÓK Concerto pour orchestre, Sz.116

    BARTÓK Le Château de Barbe-Bleue op.11, Sz.48
    (version de concert)

Suite de l’aventure Bartók avec deux œuvres particulièrement représentatives et célèbres du compositeur. Le Concerto pour orchestre, dans lequel différents groupes d’instruments s’opposent tour à tour au reste de l’orchestre comme dans un concerto grosso du XVIIIe siècle (tels que ceux de Corelli que vous pourrez entendre en novembre) est sans doute sa partition la plus populaire. Avec cette œuvre qui explore toutes les couleurs de l’orchestre, Bartók pouvait enfin espérer voir sa musique trouver un écho en Amérique, pays de l’exil. C’était sans compter la leucémie. C’est en Hongrie avant ces années douloureuses que fut créé Le Château de Barbe-Bleue. « Mehr Licht » (plus de lumière): cette dernière phrase prononcée par Goethe pourrait être la devise de Judith, l’héroïne de l’opéra, qui, pénétrant dans le château obscur de son époux Barbe-Bleue, veut y faire entrer la lumière et ouvrir les six portes tenues fermées par le maître des lieux. Et comme chez Goethe, la lumière y est métaphore de la connaissance: c’est l’âme de Barbe-Bleue que Judith met à nue, préparant sa propre perte. Dans cette relecture philosophique du conte de Perrault, Bartók déploie une imagination sonore exceptionnelle, chaque porte ouvrant sur un nouveau monde de sons et de couleurs. Avec le Philharmonia, qui se hisse aisément parmi les meilleurs orchestres du monde, et le style acéré et sans concession d’Esa-Pekka Salonen, un concert qui constitue certainement une des meilleures portes d’entrée dans l’univers si singulier de Bartók. Laissez-vous emporter: vous aimerez Bartók!

  • Mehr Licht, Budapest, 2 janvier 2011, 8h20-Opéra Dijon©Gilles Abegg