L.-G. Alarcón & Cappella Mediterranea

Leonardo García Alarcón

Après avoir étudié le piano en Argentine, Leonardo García Alarcón s’installe en Europe en 1997 et intègre le Conservatoire de Genève dans la classe de la claveciniste Christiane Jaccottet.

Membre de l’Ensemble Elyma, il devient l’assistant de Gabriel Garrido puis fonde Cappella Mediterranea en 2005. De 2010 à 2013, il est en résidence au Centre culturel de rencontre d’Ambronay où il est aujourd’hui artiste associé. En 2010, il est nommé directeur artistique et chef principal du Choeur de chambre de Namur. En 2015, il fonde le Millenium Orchestra. Il est professeur de la classe de Maestro al cembalo et de chant baroque au Conservatoire supérieur de musique de Genève.

Sa discographie est unanimement saluée par la critique. En tant que chef ou claveciniste, Il est invité dans les festivals et salles de concerts du monde entier : Opéras de Montpellier, Lyon, Nantes, Rennes et Lille, Théâtre Colón de Buenos Aires, Concertgebouw d’Amsterdam, Opéra de Montecarlo, Théâtre des Champs Elysées, Wigmore Hall de Londres, le Teatro Massimo de Palerme, Carnegie Hall à New York. Il dirige l’orchestre de la fondation Gulbenkian à Lisbonne, l’Orchestre de Chambre de Paris, le Freiburger Barockorchester…

Depuis sa création en 2011, Il Diluvio Universale de Falvetti fait le tour de l’Europe, avec en 2016 et 2017 des concerts au Konzerthaus de Vienne, à Versailles, et à Genève. 

Après le succès d’Elena de Cavalli au festival d’Aix-en-Provence en 2013, il est aussi invité sur les scènes lyriques internationales, parmi lesquelles le Théâtre de la Zarzuela à Madrid en 2016, à l’Opéra National de Paris en 2016 et à l’Opéra d’Amsterdam en 2017.

En septembre 2016, Leonardo García Alarcón signe pour Alpha Classic I 7 Peccati Capitali. Un programme imaginaire autour d’airs de Monteverdi.

Après son récent double album dédié aux Heroines du Baroque Vénitien – majoritairement consacré aux opéras de Cavalli, le meilleur élève de Monteverdi, Leonardo García Alarcón poursuit ainsi son exploration de l’opéra vénitien avec une gourmandise éloquente ; à suivre encore… en ce mois de septembre 2016 où chef et instruments électrisés souhaitons-le, se retrouvent dans la fosse de l’Opéra Garnier à Paris pour la récréation d’un opéra jamais joué du vivant de Francesco Cavalli : Eliogaballo. … autre génie de l’opéra vénitien et ici tout autant engagé dans la rhétorique des passions humaines. De sorte qu’aujourd’hui, il n’est pas d’autres meilleurs interprètes des passions vénitiennes que les musiciens de Cappella Mediterranea. Classiquenews, septembre 2016 

En 2017, Leonardo García Alarcón se consacrera encore à deux opéras de Cavalli ; en janvier au Grand Théâtre de Genève avec Il Giasone et en juillet avec Erismena. 
Il donnera également sa version de l’Orfeo de Monteverdi à l’occasion du 450e anniversaire du compositeur. 
A l’automne, Leonardo García Alarcón emmènera ses ensembles en tournée en Amérique du Sud. Un tournée qui passera forcément par le Teatro Colón de Buenos Aires. 

(biographie LGA avril 2017)

Cappella Mediterranea

L’ensemble Cappella Mediterranea a été fondé en 2005 par le chef argentin Leonardo García Alarcón. Comme son nom l’indique, l’ensemble se passionne à l’origine pour les musiques du bassin méditerranéen, et entend proposer une autre approche de la musique baroque latine. Dix ans plus tard, le répertoire de Cappella Mediterranea s’est diversifié. Avec plus de 45 concerts par an, l’ensemble explore le madrigal, le motet polyphonique et l’opéra. Un mélange des genres qui ont modelé un style unique imprégné par une grande complicité entre le chef et ses musiciens. En quelques années, l’ensemble s’est fait connaître à travers la redécouverte d’œuvres inédites issues, pour la plupart, de la musique sicilienne telles que Il Diluvio Universale et Nabucco de Michelangelo Falvetti mais aussi en proposant de nouvelles versions d’œuvres du répertoire telles que les Vespro della Beata Vergine ou Orfeo de Monteverdi dont la création à Saint Denis en juin 2017 tourne en Europe et en Amérique Latine, ou encore la Messe en si qui a inauguré le Festival de Bach de Lausanne à l’occasion de ses 20 ans en novembre 2017. 

Après le succès recueilli par la recréation de l’opéra Elena de Cavalli au Festival d’Aix-en-Provence en 2013, l’ensemble est l’invité des scènes lyriques les plus prestigieuses au monde. Les projets d’Opéra s’enchaînent ces dernières années : Alcina de Haendel en 2016 et Il Giasone en 2017 à l’Opéra des Nations avec le Grand Théâtre de Genève, Eliogabalo de Cavalli à l’Opéra national de Paris en 2016 et à l’Opéra d’Amsterdam en 2017, Erismena de Cavalli à Aix en Provence et à l’Opéra Royal de Versailles en 2017. En 2018, on retrouve Cappella Mediterranea à Genève pour la création de King Arthur de Purcell et l’ensemble est entré en résidence à l’Opéra de Dijon pour plusieurs saisons avec une série d’œuvres inédites comme El Prometeo de Draghi.

La discographie de Cappella Mediterranea compte plus de vingt disques, enregistrés notamment chez Ambronay Editions, Naïve et Ricercar. Elle a reçu de nombreuses distinctions de la presse spécialisée (Editor’s Choice de BBC, Diamant d’Or d’Opéra Magazine, Choc de Classica, Diapason d’Or, ffff de Télérama...). En septembre 2016 sortait I7 Peccati Capitali de Monterverdi, une première collaboration avec le label Alpha Classics couronnée d’un beau succès et d’une nomination aux Victoires de la Musique 2017. En 2018, paraîtront Lettera Amorosa, des œuvres de Monteverdi, De Vez en cuando la Vida, Joan Manuel Serrat y el Siglo de Oro, et un coffret des œuvres de Jacques Arcadelt. 

L’ensemble Cappella Mediterranea est soutenu par le Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Auvergne Rhône Alpes, la Région Auvergne-Rhône-Alpes, la ville de Genève et une fondation privée genevoise.



En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d'intérêt et mesurer la fréquentation de nos services.