Les Boréades

Rameau

Opéra

SPECTACLE EN FRANÇAIS SURTITRÉ
NOUVELLE PRODUCTION DE L’OPÉRA DE DIJON

MUSIQUE Jean-Philippe Rameau
LIVRET Louis de Cahusac
ORCHESTRE ET CHŒUR DU CONCERT D’ASTRÉE
DIRECTION MUSICALE Emmanuelle Haïm
ASSISTANAT À LA DIRECTION MUSICALE Atsushi Sakai
CHEF DE CHANT Benoît Hartoin

MISE EN SCÈNE Barrie Kosky
ASSISTANAT À LA MISE EN SCÈNE David Merz & Emily Hehl
DÉCORS ET COSTUMES Katrin Lea Tag
PERRUQUES Pascal Jehan 
MAQUILLAGE Marion Bidaud
LUMIÈRES Franck Évin
CHORÉGRAPHIE Otto Pichler
ASSISTANT DÉCORS Victor Labarthe d’Arnoux

AVEC LE MÉCÉNAT du Crédit Agricole de Champagne-Bourgogne 

  • DISTRIBUTION 

    ALPHISE Hélène Guilmette
    SEMIRE, POLYMNIE, CUPIDON, NYMPHE Emmanuelle De Negri
    ABARIS Mathias Vidal
    BORÉE Christopher Purves
    BORILÉE Yoann Dubruque
    ADAMAS, APOLLON Edwin Crossley-Mercer
    CALISIS Sébastien Droy

    DANSEURS Yacnoy Abreu Alfonso, Julie Dariosecq, Benjamin Dur, Anaëlle Echalier, Lazare Huet, Anna Konopska 

  • COPRODUCTION  

    Opéra de Dijon
    Komische Oper Berlin

« C’est la liberté qu’il faut que l’on aime / Le bien suprême, c’est la liberté ! » : Toutes Les Boréades, ultime opéra de Jean-Philippe Rameau, semblent s’inscrire ainsi sous le frontispice de ces paroles du deuxième acte. Liberté d’aimer pour une femme qui se refuse aux partis qu’on lui impose, liberté politique d’un individu qui s’insurge contre les privilèges arbitraires d’une classe et démontre que la noblesse est une question de vertu et non de sang. Suprême liberté aussi de composer : à 80 ans, Rameau continue de s’affranchir des codes du genre, offrant une œuvre d’une unité magistrale, pleine de fraîcheur et de surprises, libérant la palette de l’orchestre plus encore qu’auparavant, dans une fluidité et un naturel confondant.

Les Boréades sont une véritable bombe qui attaque de manière frontale tous les fondements des pouvoirs autoritaires, ceux de 1764 comme ceux d’aujourd’hui, une œuvre séminale et unique, qui enjambe les siècles comme un impérissable chef-d’œuvre.

Pour cet opéra révolutionnaire et inclassable, Emmanuelle Haïm et le Concert d’Astrée retrouvent Barrie Kosky, l’enfant terrible de la mise en scène (Castor & Pollux à Dijon en 2014) et s’entourent d’une distribution de la plus haute volée.


 Spectacle en partenariat avec Mezzo. 

Ajouter au calendrier
Auditorium
  • mars 2019
    • vendredi 22 à 20h00
    • dimanche 24 à 15h00
    • mardi 26 à 20h00
    • jeudi 28 à 20h00

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d'intérêt et mesurer la fréquentation de nos services.