Nabucco

Verdi

Opéra

CRÉÉ au Teatro Alla Scala, Milan, le 9 mars 1842
SPECTACLE EN ITALIEN, SURTITRÉ EN FRANÇAIS

MUSIQUE Giuseppe Verdi
LIVRET Temistocle Solera, d’après Nabuchodonosor (1836), drame d’Auguste Anicet-Bourgeois et de Francis Cornu

DIRECTION MUSICALE Roberto Rizzi-Brignoli
ORCHESTRE DIJON BOURGOGNE
CHŒURS OPÉRA DE DIJON & OPÉRA DE LILLE
CHEF DE CHANT Nicolas Chesneau

MISE EN SCÈNE ET VIDÉO Marie-Ève Signeyrole
ASSISTANAT À LA MISE EN SCÈNE Marc Salmon
DÉCORS Fabien Teigné
COSTUMES Yashi
LUMIÈRES Philippe Berthomé
CHORÉGRAPHIE Martin Grandperret
DRAMATURGIE Simon Hatab

AVEC LE MÉCÉNAT du Crédit Agricole de Champagne-Bourgogne

  • DISTRIBUTION 

    NABUCCO Nikoloz Lagvilava
    ABIGAILLE Mary Elizabeth Williams
    ZACCARIA Simon Lim
    ISMAELE Valentyn Dytiuk
    FENENA Victoria Yarovaya
    ABDALLO Florian Cafiero
    ANNA nn
    GRAN SACERDOTE Alessandro Guerzoni

  • COPRODUCTION 

    Opéra de Dijon 
    Opéra de Lille

Le miracle Nabucco, c’est d’abord la rencontre entre l’évocation des malheurs d’un peuple antique, les Hébreux, et ceux plus actuels d’une nation italienne en construction. Un chœur va vite cristalliser cette identification aux Hébreux du livret : le fameux « Va pensiero » dans lequel s’exhale la nostalgie d’un peuple pour sa patrie libre et perdue, qui deviendra un cri de ralliement patriotique.

On aurait tort cependant de voir dans le succès de Nabucco un phénomène seulement sociopolitique. Partition animé par un souffle épique et une invention musicale pleine d’inspiration, Nabucco ose un déplacement audacieux des attendus lyriques de son temps : plutôt qu’un drame amoureux, une fresque où le peuple tient le premier rôle ; plutôt qu’un couple d’amoureux contrariés, un couple politique, le prophète et le despote, qui s’oppose avec violence ; et enfin une réflexion sur les problèmes du pouvoir, de ses limites et de sa légitimité. Autant de nouveautés qui instaurent un climat artistique nouveau en Italie et marquent un tournant dans l’art lyrique du siècle.

C’est Marie-Ève Signeyrole qui signe la mise en scène de cette fresque biblique et politique, sous la baguette verdissime de Roberto Rizzi-Brignoli.

Ajouter au calendrier
Auditorium
  • novembre 2018
    • jeudi 15 à 20h00
    • dimanche 18 à 15h00
    • mercredi 21 à 20h00
    • samedi 24 à 20h00

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.