Stabat Mater

Dvořák

Musique

CHŒUR DE L’OPÉRA DE DIJON
PIANO Marie Duquesnois


Alors que sa renommée est grandissante, le jeune Antonín Dvořák subit en 1875 une terrible tragédie familiale : sa fille nouvelle-née Josefa décède brusquement. Le Stabat Mater est composé à la suite de ce décès, dans une version originale pour soli, chœur et piano. On devine que le texte liturgique y prend pour lui une portée éminemment personnelle. Le caractère universel de ces vers qui expriment la douleur collective des chrétiens sur le cadavre de leur Sauveur se double ici de la souffrance individuelle et concrète du compositeur. L’œuvre y gagne une urgence dramatique, une incandescence émotionnelle et une spontanéité déchirantes, tout en restant extraordinairement pudique. C’est à cette première version avec piano que ce concert du Chœur de l’Opéra de Dijon est consacré, une version qui plonge de manière encore plus bouleversante dans l’intimité triste et inconsolable d’un père au cœur déchiré.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d'intérêt et mesurer la fréquentation de nos services.